Le réchauffement climatique et plus globalement les enjeux écologiques sont les défis principaux du XXIème. Ils remettent en question l’ensemble de notre mode de vie et de consommation. Ils questionnent notre rapport à la nature, nos choix politiques mais également notre éducation.

Il est indispensable d’aborder ce sujet avec nos enfants tout en prenant en compte leur âge. Rappelons-nous que Maria Montessori écrivait que la paix passera par l’éducation de nos enfants qui seront les futurs adultes qui prendront les décisions importantes pour l’humanité. Alors, si nous suivons cette logique, en conscientisant nos enfants sur les thématiques écologiques, nous participons à la « constitution » d’une nouvelle génération d’adultes alertés et engagés pour la lutte contre le réchauffement climatique et le respect de la biodiversité. Cependant, même en tant qu’adulte, les discours alarmistes et catastrophistes peuvent parfois être source d’anxiété. Ainsi, il est important de ne pas traiter ce sujet avec inattention auprès de nos enfants afin d’éviter de générer de l’éco-anxiété chez nos petits. L’objectif est au contraire d’inspirer et de motiver des choix positifs.

De surcroît, nos enfants en savent souvent beaucoup plus que ce que nous pensons. Ils sont très curieux et captent toutes les informations qui les entourent alors qu’ils grandissent dans un monde surstimulé. Ainsi, à partir d’un certain âge, il est judicieux d’instruire nos enfants avant qu’ils entendent ou qu’ils tombent sur des constats tragiques qui pourront leur faire perdre confiance en nous.

Par ailleurs, si l’écologie n’était pas une préoccupation à l’époque de Maria Montessori, elle a toutefois accordée une place très importante à la nature au sein de sa pédagogie. Beaucoup de ses apprentissages sont étonnamment très pertinent à l’aune du XXIème siècle. En effet, elle écrivait que la nature est indispensable au bon développement physique et psychologique de l’enfant : « Aucune description, aucune image d’aucun livre ne peut remplacer la vue réelle des arbres dans un bois avec toute la vie qui se déroule autour d’eux. » Elle a d’ailleurs beaucoup étudié les travaux de biologiques et botanistes (De Vries, Loeb) tout au long de sa carrière. En outre, les matières végétales sont par conséquent préconisées dans les salles de classes (bois, plante, bambou…). Dès son plus jeune âge, lors de sorties et d’activités, l’enfant apprend à respecter et à prendre soin de la nature. Ensuite, de 6 à 12 ans, lors de l’éducation cosmique l’enfant découvre les grandes lois qui régissent l’univers et nous apprennent l’humilité. L’enfant apprend que l’humain ne constitue qu’un maillon d’une grande chaîne. Il est ainsi responsable de son équilibre.

Suivre les préceptes de Maria Montessori est un excellent moyen pour que l’enfant apprenne à aimer et apprécier la nature avant même d’aborder un jour les problématiques écologiques. Il s’agit donc de créer du lien entre l’enfant et la nature. Ensuite, vous pouvez également insister sur l’importance de préserver la nature en expliquant la nécessité de limiter sa consommation de plastique et d’eau ou de trier ses déchets. Enseignez-lui d’où provient l’eau, les énergies. Des nombreux livres destinés aux enfants existent sur le sujet. Il est important de garder un ton léger et positif afin de pas les angoisser.

En grandissant, l’enfant sera plus informé sur le sujet et à la recherche de discussions et de savoirs plus élaborés et en accord avec l’actualité. Alors, il sera temps d’expliquer le réchauffement climatique et ses conséquences sur l’environnement. Maëla Lévigne, ingénieure géologue explique que l’on peut commencer par expliquer que l’effet de serre est un phénomène naturel et nécessaire à la vie qui permet de retenir la chaleur à la surface de notre planète. Ensuite, il faut expliquer que ce réchauffement s’est beaucoup accélérédepuis 150 ans avec le développement des activités industrielles et du transport qui rejettent du CO2. Ces émissions augmentent la chaleur terrestre et

que l’augmentation de la chaleur perturbe le climat ce qui peut provoquer des phénomènes météos extrêmes, la fonte des glaces, la fragilisation de certaines espèces…

Insistez sur le fait que rien n’est inéluctable, et qu’en agissant l’avenir sera joie et équilibre. Mettez en avant les initiatives mises en œuvre et les personnes publiques qui font bouger les choses. Ce sera également l’occasion de parler des recherches scientifiques sur le sujet et surtout de mettre en place des actions à l’échelle de la famille pour l’environnement (prendre le vélo, trier, manifester…) Sans travestir la réalité et la teneur des enjeux, garder un discours positif et plein d’espoir permet aux enfants de se motiver pour faire bouger les choses et surtout de se projeter dans l’avenir.