Lorsque les enfants sont jeunes, avant de s’engager dans des apprentissages complexes sur les enjeux du réchauffement climatique, il est important de créer du lien entre l’enfant et la nature.

Maria Montessori consacrait une place fondamentale à la nature au sein de sa pédagogie.

1/ Une chasse au trésor dans la nature

Préparez une liste d’éléments naturels à trouver le plus rapidement possible. Adaptez la liste selon le lieu et la saison. Par exemple, dans une forêt à l’automne, on peut imaginer la liste suivante : feuille jaune, arbre sans feuille, glands, champignon, fleur violette, fougère, pomme de pin, empreintes d’animal, écorce, toile d’araignée... A la mer, à marée basse, en été : différents types de coquillages, une algue, des trous de couteaux…

L’enfant doit pointer du doigt tous les éléments de la liste puis les cocher (imprimez des photos s’il ne sait pas lire). Il est important de lui expliquer qu’il ne doit pas arracher n’importe quelle plante et ne pas embêter les insectes et les animaux. En effet, ces types de jeu sont l’occasion idéale pour lui apprendre à préserver la nature.

2/ Fabriquer son herbier

Lors d’une balade dans la nature, récoltez ensemble des jolies fleurs et des jolies plantes. Insistez-bien sur le fait que l’on ne doit pas en prendre plus que nécessaire et qu’il ne faut surtout pas arracher de plantes rares ou menacées. Il n’y a généralement pas trop de risque en forêt mais il est important de sensibiliser les enfants dès leur plus jeune âge sur ces questions. A votre retour, laissez-les sécher au cœur d’un gros livre lourd pendant une à deux semaines. Ensuite, collez-les dans un joli carnet consacré à vos trouvailles. Vous pouvez y ajoutez des dates et des dessins qui constitueront des souvenirs. Si l’activité plait à votre enfant, n’hésitez pas à investir dans un livre recensant les principales espèces de plantes de votre région. Vous pourrez ensuite les rechercher ensemble après vos balades.